Syndicat SUD

Collectivités Territoriales des Landes

Get Adobe Flash player

  Syndiquez-vous à SUD : Solidaires, Unitaires, Démocratiques.

 

 Evaluation, avancement de grade, promotion interne, rémunération, formation,   carrière, harcèlement, congés, mobilité, aide sociale, ou tout autre problème   professionnel,... 

 

Passez nous voir : 

Maison des syndicats - 1er étage - 97, place de la caserne Bosquet 40000 MONT-DE-MARSAN

sur rendez-vous au 05.47.87.28.73 ou 06.11.75.89.40. par mail : sudct.landes@gmail.com

Communiqué Statut Fonction Publique

logo solidaires fonction publique

 

 

Communiqué        

 

 

Au moment où certains responsables politiques fourbissent leurs armes en vue de la prochaine campagne présidentielle, Solidaires Fonction Publique ne peut que s'alarmer face à de nombreux propos assassins envers la fonction publique et son statut.
Solidaires Fonction Publique milite pour une fonction publique forte et garante des valeurs républicaines, pour une fonction publique au service de toutes les citoyennes et de tous les citoyens.
A l'occasion du 70ème anniversaire du premier statut de la fonction publique, loi du 19 octobre 1946, portant droits et obligations des fonctionnaires, Solidaires Fonction Publique, réaffirme que les agents-es de la fonction publique sont porteurs-euses des valeurs fondamentales inscrites dans le statut.
Une fonction publique indépendante, une fonction publique impartiale, des agents-es porteurs-euses des valeurs de probité, de dignité, de neutralité et laïcité au service de l'Etat et de ses administrés leur garantissant l'égal traitement sur l'ensemble du territoire.
C'est bien là le sens premier du statut : une protection du citoyen contre toutes les formes de dérives partiales.
S'attaquer au statut, c'est remettre en cause cet équilibre fragile dans une société où l'individualisme prévaut sur le collectif.
Il est au contraire nécessaire de garantir et de renforcer les droits des acteurs de l'action publique pour leur permettre d'accomplir leurs missions dans les meilleures conditions possibles en toute indépendance.
L'action publique, la fonction publique, sont une richesse pour notre pays.
Elles font partie intégrante des acteurs économiques et participent à ce titre à la refondation du pacte social et au développement économique nécessaire pour le renforcer.
Les missions accomplies dans le cadre de la fonction publique sont des outils fondamentaux de cohésion sociale.
Notre pays a plus que jamais besoin de services publics de qualité servis par des agents-es, fonctionnaires, dont les carrières doivent prendre réellement en compte leurs qualifications et leur technicité. C'est à ce titre que le recrutement par concours est fondamental pour permettre un accès égal sans discrimination à tout citoyen qui le souhaite.
C'est tout le combat que nous menons à Solidaires Fonction Publique.

Elections TPE-TPA 2016

Votons "Solidaires" aux élections TPE-TPA 2016 !

 

Du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017*, cinq millions de salarié-es de Très Petite Entreprises (TPE), des très petites associations (TPA), des particuliers employeurs, vont élire leurs représentants-es syndicaux-ales. Salarié-es de structures de toutes tailles et même dans la fonction publique nous avons toutes et tous un rôle à jouer !

Salarié-es des très petites entreprises, des très petites associations ou du particulier employeur du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017*, nous voterons pour choisir le syndicat qui nous représente le mieux. 

Pourquoi voter ?

Dans chaque région, nous élirons 10 représentants-es issus eux aussi des TPE.

Ces élections permettront aussi de renouveler nos conseillers-es prud'hommes !

Pour favoriser un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale ! 

Où, quand, comment voter ?

Le vote se déroulera du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017*, par courrier ou sur internet. 

Comment s'informer ?

(cliquez sur les titres roses ci-dessous)

Le site de campagne #VotonSolidaires

L'événement facebook

Le compte twitter@SolidairesTPE

  

Pour voter "Sud Collectivités Territoriales", votez "Solidaires"

 

Vous ne travaillez pas dans une TPE ?

Parce que nous connaissons toutes et tous un ou des salariés-es TPE, nous pouvons participer à cette ambition. Autour de nous, auprès des électrices et électeurs que nous connaissons ou croisons tous les jours, faisons connaître "Solidaires" !

Appelons à voter pour les candidats-es présents-es sur les listes régionales "Solidaires" 

Election TPE TPA 2016

* nouvelles dates

La Loi Travail, c'est toujours non !

VOTATIONS CITOYENNES ORGANISEES

PAR L'INTERSYNDICALE DEPARTEMENTALE CGT / FO / FSU / Solidaires

 

Jeudi 9 juin :

Mont-de-Marsan à partir de 14h :

Place du théatre avant le départ de la manifestation des retraités

Saint-Paul Les Dax, à partir de 18h30 devant la Salle du Temps Libre

où la section PS organise une conférence sur la loi travail avec Gérard Filoche,

membre du bureau National du PS et ancien inspecteur du Travail,

fervent opposant à la Loi Travail.

 

Vendredi 10 juin : marchés de Mimizan, Tyrosse et Biscarrosse - de 10h à 12h -

 

Samedi 11 juin : marchés de Dax et de Mont-de-Marsan - de 10h à 12h -

 

Mercredi 15 juin : marché de Peyrehorade - de 10h à 12h -

 

Jeudi 16 juin : marché de Parentis - de 10h à 12h -

 

Vendredi 17 juin : marchés de Tyrosse, de Mimizan et de Biscarrosse - de 10h à 12h -

 

Samedi 18 juin : marché d'Aire sur l'Adour - de 10h à 12h -

 

Ci-dessous les deux questions qui vous sont posés lors de la votation :

- Retrait du projet de loi travail :

Pour ou Contre

- Faut-il aujourd'hui des droits nouveaux pour les salarié-e-s,

les jeunes, les privé-e-s d'emplois et les retraité-e-s ? :

Oui ou Non

Toujours déterminé-es : Amplifier la mobilisation ! faire respecter la démocratie !

 

Communiqué confédéral intersyndical CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

 

Après plus de deux mois de mobilisation des salarié-es, des jeunes, des privé-es d'emploi et des retraité-es, la mobilisation se poursuit et s'amplifie comme le montre cette journée du 19 mai.
Cette semaine, le développement d'actions, de grèves dans de nombreux secteurs et de blocages pour obtenir le retrait du projet de loi travail et l'obtention de nouveaux droits, montre que la détermination reste intacte.
L'opinion publique reste massivement opposée à cette loi Travail et à l'utilisation autoritaire du 49.3 par le gouvernement.
Le gouvernement n'a pas d'autre issue que celle du dialogue avec les organisations qui luttent pour le retrait de ce projet de loi et pour être écoutées sur les revendications qu'elles portent.
C'est pourquoi les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse, UNEF, UNL et FIDL en appellent solennellement au Président de la République.
Des secteurs professionnels sont engagés dans un mouvement de grève reconductible, d'autres vont entrer dans l'action. Les organisations appellent le 26 mai prochain à une journée nationale de grève, manifestations et actions.
Les organisations décident de renforcer l'action par une journée de grève interprofessionnelle avec manifestation nationale à Paris le 14 juin, au début des débats au Sénat. Elles appellent à multiplier d'ici là, sur tout le territoire, des mobilisations sous des formes diversifiées.
Elles décident également une grande votation dans les entreprises, les administrations et les lieux d'étude qui se déroulera dans les semaines à venir en parallèle au débat parlementaire afin de poursuivre avec les salarié-es et les jeunes les débats sur la loi Travail, obtenir le retrait de ce texte pour gagner de nouveaux droits permettant le développement d'emplois stables et de qualité.
La loi doit notamment préserver la hiérarchie des normes, élément protecteur pour tous et toutes les salarié-es.
Cette votation sera remise lors d'un nouveau temps forts qu'elles décideront prochainement.
Les organisations invitent leurs structures à poursuivre la tenue d'assemblées générales avec les salarié-es pour débattre des modalités d'actions, de la grève et de sa reconduction.
Elles se retrouveront rapidement pour assurer l'organisation et la réussite des mobilisations et initiatives.

 

6 ans après, dégel du point d'indice

 

UN DEGEL CERTES MAIS IL N'Y A PAS DE QUOI PAVOISER !

Au bout de 6 ans de gel de la valeur du point d'indice, après de nombreuses mobilisations dans la période voilà enfin que le gouvernement accorde ce jour une aumône qui est loin de compenser les pertes subies...

Cette bien modeste augmentation se fera en 2 étapes :

+ 0,6 % au 1er juillet 2016

+ 0,6 % au 1er février 2017

OUI ! Il était possible de faire plus et mieux en opérant d'autres choix politiques et budgétaires

Editorialiste de la presse du CAC 40 et poujadistes anti-fonctionnaires de tous bords n'ont cessé médiatiser le coût (2,4 milliards d'euros d'augmentation globale pour 5,4 millions d'agent-es) de cette mesure pour les finances publiques. C'est oublier de préciser que plus de 7 milliards d'euros auront été pris dans les poches de fonctionnaires appauvris, sous les gouvernements Sarkozy et Hollande depuis 2010, par des traitements indiciaires décrochés de l'inflation !

C'est faire l'impasse aussi sur les 41 milliards d'argent public dilapidés dans le pacte de responsabilité et sur les 18 milliards du CICE (crédit d'impôt dit "pour la compétitivité et l'emploi) versés en 2016 dont la traduction concrète à été l'accroissement de 30 % des dividendes des actionnaires des entreprises bénéficiaires. C'est aussi sans compter les 60 à 80 milliards d'euros perdus chaque année au travers de la fraude fiscale !

Dégel du point d'indice certes...

Si chacun(e) peut se réjouir de voir ainsi cesser la politique du gel du point, il n'y a pas de quoi sortir le Champagne !... Et cette avancée doit être prise pour ce qu'elle est : un geste symbolique, à l'approche d'une nouvelle élection présidentielle, mais qui ne remet fondamentalement en cause la politique d'appauvrissement.

Une trop faible augmentation

Si la politique de gel est récente, le décrochage de la valeur du point d'indice (4,6303 mensuels bruts depuis 2010) ne l'est malheureusement pas... et les 5 centimes d'euros mensuels bruts d'augmentation du point qui viennent d'être concédés ne vont fondamentalement pas changer les choses !

Un tableau valant parfois mieux qu'un long discours, voilà qui illustre la perte de pouvoir d'achat du point d'indice sur 3 périodes de références.

Période de référence

Augmentation de la valeur

du point d'indice

Inflation cumulée

Différentiel =

perte de pouvoir d'achat du point d'indice

2010 (01-07) - 2016 (01-03) 0 % 6,4 % 6,4 %
2000 (01-01) - 2016 (01-03) 9 % 27 % 18 %
1995 (01-11) - 2016 (01-03) 13 % 35 % 22 %

Les 1,2 % d'augmentation, qui viennent d'être annoncés, sont donc loin de compenser les pertes induites par des revalorisations insuffisantes depuis 20 ans. Et même sur la période récente, il aurait fallu plus de 6 % d'augmentation et non 1,2 % pour seulement mettre la valeur du point d'indice au niveau de celle de 2010.

Cela va rapporter combien à chacune et chacun d'entre nous ?

Le calcul est simple, le point d'indice passera donc au 1er février 2017 à 4,68 euros

Vous multipliez ce chiffre par votre indice de rémunération et vous saurez combien vous pourrez disposer en plus !!

Exemples :

Un agent de catégorie C à l'échelle 5 du 8ème échelon : indice 360, gain mensuel brut : 17,60 euros

Un agent de catégorie B du 10ème échelon : indice 451, gain de 22,40 euros

Un agent de catégorie A du 8ème échelon : indice 524, gain de 26,10 euros

 

Solidaires Fonction Publique revendique :

* L'attribution uniforme de 60 points d'indice pour tous-tes

* L'augmentation immédiate de la valeur du point d'indice à 5 €uros

* Une limitation de la hiérarchie des salaires pour une meilleure répartition des richesses 

* La fin des inégalités entre les hommes et les femmes

* La poursuite de l'intégration des primes dans le traitement indiciaire

* La suppression du RIFSEEP

 

La poursuite de la mobilisation est donc nécessaire.

C'est tous ensemble, dans le public comme dans le privé confronté à la loi travail,

que nous parviendrons à faire changer les choses et obtenir satisfaction.

D'ores et déjà préparons nous aux rendez-vous des 24 et 31 mars

pour exprimer nos revendications contre une politique sociale régressive.

#OnVautMieuxQueCa! 

non à la loi travail en grève le 31 mars 2016