Syndicat SUD

Collectivités Territoriales des Landes

Get Adobe Flash player
 

Syndiquez-vous à SUD : Solidaires, Unitaires, Démocratiques.

 

 Evaluation, avancement de grade, promotion interne, rémunération, formation,   carrière, harcèlement, congés, mobilité, aide sociale, ou tout autre problème   professionnel,... 

 

Passez nous voir : 

Maison des syndicats - 1er étage - 97, place de la caserne Bosquet 40000 MONT-DE-MARSAN

sur rendez-vous au 05.47.87.28.73 ou 06.11.75.89.40. par mail : sudct.landes@gmail.com

 

...News... Dans la rubrique "le saviez-vous ?" infos sur le droit de retrait ... News...  


Grève et manifestation du 9 octobre 2018

Le 9 octobre pour un autre avenir !

 

Depuis l'année dernière, le gouvernement au service des plus riches détricote peu à peu l'ensemble des droits sociaux collectifs, il :

- favorise les patrons d'entreprises et les actionnaires,

- casse la sécurité sociale,

- organise la refonte et la minoration des aides sociales,

- tente de supprimer la fonction publique et les services publics. 

Tout cela en faisant croire que ce qui est bon pour les patrons serait bon pour les salarié-es et la population, et que pour travailler il suffit de traverser la rue !

En réalité, cette politique brise les solidarités, laisse une partie croissante de la population dans la précarité, tout en continuant d'accompagner la fuite en avant qui détruit notre environnement et renforce les catastrophes climatiques.

De la poudre aux yeux

Tandis qu'une nouvelle loi (PACTE) qui contient privatisations et droits supplémentaires pour les entreprises (et évidemment pas pour les salarié-es) se profile, le gouvernement veut nous faire croire qu'il lute contre la misère avec par plan pauvreté.

Le "plan misère" comme on devrait en réalité l'appeler, c'est : 2 milliards d'euros par an pendant 4 ans pour 8 millions de personnes considérées comme pauvres en France, quand la disparition de l'impôt sur la fortune fait économiser 3 milliards par an aux 300 000 plus riches...

Et pour le plan santé : quasiment rien pour l'hôpital public ou pour les infirmier-es, la majorité va à la médecine libérale, dans la logique de la marchandisation de l'accès aux soins.

Augmentation du pouvoir d'achat ?

On nous parle d'augmentation du pouvoir d'achat par la suppression de la taxe d'habitation, ou la défiscalisation des heures supps. Mais cette manière de "donner" du pouvoir d'achat sans augmenter les salaires, les revenus et les pensions a des conséquences :

- supprimer la taxe d'habitation ce sera moins de moyens pour les services publics au niveau local, alors qu'ils bénéficient à tous et toutes,

- les heures supplémentaires bénéficient à ceux qui peuvent en faire (pas dans tous les secteurs et pas les femmes avec leur double journée !).

Et gare à ceux et celles au chômage ! La réforme de l'assurance chômage s'annonce comme une volonté de fliquer et de culpabiliser les personnes sans emplois, légitimant une baisse des droits. La mise en place d'un revenu "universel" d'activité, sera conditionné par l'acceptation de n'importe quel travail pour les personnes en difficulté !

Et pourtant les richesses existent

D'autres politiques sont possibles et peuvent être financées ! Les profits des grandes entreprises bénéficient toujours plus aux actionnaires (56 milliards distribués, +12% en 2016) la fraude fiscale des plus riches et des grands groupes augmente (actuellement 80 à 100 milliards d'euros par an). Mais le gouvernement préfère baisser les APL, faire stagner ou reculer les minimas sociaux, les salaires des fonctionnaires et les retraites... bref, taper encore et toujours sur les mêmes.

Pour Solidaires, réduire la pauvreté, c'est :
- augmenter les salaires et partager le travail pour que toutes et tous y aient accès
- un SMIC à 1700 euros net et la hausse immédiate de tous les salaires de 400 euros mensuels
- l'augmentation des minimas sociaux et des pensions !
- développer les services publics, l'hôpital public, l'éducation, la culture...

 

Le 9 octobre 

en grève et en manifestation

discutons ensemble pour

tracer collectivement des 

perspectives de luttes !

 

Préavis de grève, ici

Grève et manifestation du 22 mai 2018

          

OUI ! POUR AMELIORER LE SERVICE PUBLIC

 

GREVE ET MANIFESTATION DU 22 MAI 2018 POUR LES SERVICES PUBLICS

-10H ASSEMBLEE GENERALE à MONT-DE-MARSAN,

Salle Lamarque Cando (allée Raymond Farbos - 3 rond-point du Midou) 

pour trouver la salle cliquez ici

-11H DEPART DE LA MANIFESTATION

 

AUJOURD'HUI

Le temps s'allonge aux urgences et parfois on y meurt !
Des enfants ont encore des difficultés à rédiger et comprendre un texte simple !
Je dois souvent prendre ma voiture car le train ne s'arrête par où je veux.

LA "SOLUTION" MACRON

Privilégier une médecine d'excellence pour ceux qui ont les moyens.
Dédoubler certaines classes avec 2 profs mais sans en embaucher plus.
Fermeture des petites lignes et abandon du service public des transports.

 

CONSEQUENCES

Je devrai aller de plus en plus loin pour subir une intervention qui n'existe plus près de chez moi.
Mon enfant est dans une classe de 29 car mon école n'a pas pu bénéficier de la mesure Macron !
Je ne peux plus aller embaucher en train car ma gare n'est plus desservie.

 

Et ça vous convient ?

 

Le préavis de grève en cliquant ici
Le tract action en cliquant ici
Le Quizz du Service Public en cliquant ici

 

Grève et manifestations du 22 mars 2018

Banderole de tête de la manifestation de Mont-de-Marsan avec le drapeau de SUD en première ligne

(crédit photo : P.Bats- SO)

 
Communiqué national commun des organisations
CFTC-CGC-CGT-FAFP-FO-FSU-Solidaires (SUD)
POUR LES MISSIONS PUBLIQUES, L'EMPLOI, LE POUVOIR D'ACHAT
TOUTES ET TOUS MOBILISE-E-S LE 22 MARS

En dépit de la forte mobilisation unitaire du 10 octobre, plus les semaines passent, plus il se confirme que le Président de République et le gouvernement demeurent sourds aux légitimes revendications portées par les agents à l'occasion de cette mobilisation.

Le gel de la valeur du point est maintenu, le jour de carence rétabli, l'injuste hausse de la CSG mal compensée, les coupes budgétaires et suppression d'emplois confirmées.

De nouveaux projets viennent encore noircir un tableau pourtant déjà bien sombre.

Tout laisse craindre en effet que CAP 22 ne s'avère être qu'une opération visant à habiliter de profondes remises en cause des missions publiques, ce que confirment les annonces inacceptables faites le 1er février qui, si elles sont appliquées, constitueraient à la fois une menace grave contre le Statut Général et tou.te.s les agent.e.s.

Ces politiques vont venir fortement aggraver une situation ou déjà, que ce soit dans les administrations de l'Etat, dans les hôpitaux publics et dans les collectivités territoriales, on ne compte plus les services fonctionnant dans des conditions dramatiques, sans les moyens nécessaires - qu'ils soient humains ou budgétaires - et dans lesquels les conditions de travail sont détériorées comme jamais.

IL EST IMPERATIF ET URGENT DE CHANGER DE DIRECTION !

Parce que la Fonction Publique est garante de l'intérêt général au service de la cohésion sociale, parce que les moyens existent pour mettre en oeuvre des orientations de progrès social pour tous, les organisations syndicales CFTC-CGC-CGT-FAFP-FO-FSU-Solidaires (SUD), constatant que leurs positions ne sont pas entendues et que leurs propositions ne sont pas prisent en compte, appellent tou.te.s les agent.e.s de trois versants de la Fonction Publique à :

UNE JOURNEE D'ACTION, DE GREVE ET DE MANIFESTATIONS 
LE 22 MARS 2018

Pour :

- Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d'indice, le rattrapage des pertes subies et l'augmentation du pouvoir d'achat ;

- L'arrêt des suppressions d'emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;

- Un nouveau plan de titularisation des contractuel.le.s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;

- Des dispositions exigeantes pour faire respecter l'égalité professionnelle ;

- L'abrogation du jour de carence ;

- La défense et pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particulier.

D'ores et déjà, nos organisations soutiennent toutes les mobilisations qui, dans les trois versants de la Fonction Publique, défendent les services publics accessibles à toutes et tous les conditions de travail, en appelant à leur convergence.

Pour contribuer à la réussite de cette journée, elles engagent une campagne d'information et d'alerte des personnels, notamment sous la forme d'une pétition unitaire.

Paris, le 7 février 2018

 

 

NOS RENDEZ-VOUS DU 22 MARS DANS LES LANDES 

 Pour le préavis de grève, cliquez ici

Le 10 octobre 2017, toutes et tous dans la rue !

 

 

PUBLIC, PRIVES, MEMES ATTAQUES, MEMES RIPOSTE !

Le 10 octobre, Toutes et Tous ensemble !

 

 

120 000 suppressions de poste... Je suis concerné-e !

  • Baisse programmée des dotations globales de fonctionnement (13 milliards après les 11 de Hollande), une aubaine pour nos employeurs pour poursuivre le démantèlement des services publics.
  • Dégradation des conditions de travail pour les agents.e.s.
  • Suppression de services ou hausse de tarifs pour les usagers.e.s.

PAS UNE COLLECTIVITE, PAS UN SERVICE, PAS UNE EQUIPE NE SERONT EPARGNES !

La baisse des salaires... Je suis concerné-e !

  • Gel à durée indéterminée du point d'indice.
  • Augmentation de la CSG au 1er janvier 2018 sans compensation annoncée.
  • Rétablissement du jour de carence au 1er janvier 2018 : sanction des agents.e.s malades.
  • Chaque employeur pourra baisser notre salaire sur simple délibération.
  • La valeur du point variera d'une fonction publique à l'autre, d'une collectivité à l'autre.
  • Suppression prévue du Supplément Familial de Traitement et de l'Indemnité de Résidence.

La Loi Travail XXL... Je suis concerné-e !

  • Les 6 premières ordonnances du gouvernement, cela concerne tous les travailleurs.e.s, car c'est :
  • La casse des protections et garanties des salarié.e.s (Code du Travail).
  • La fin à terme du contrat de travail (CDI) avec la facilitation des licenciements.
  • La possibilité pour les employeurs de décider seul de notre temps de travail, de nos salaires, de nos règles de sécurité (CHSCT).
  • Ces régressions sociales seront transposées dans la fonction publique : la remise en cause annoncée de notre Statut (notre code du travail).

Le monde que nous fabrique Macron ... Je suis concerné-e !

  • Baisse des APL - Bail locatif à Durée Déterminée.
  • Attaque contre les retraites (suppression de la référence aux 6 derniers mois pour le calcul des pensions et nouveau recul de l'âge légal du départ.
  • Attaques contre l'indemnisation des chômeurs.ses (réforme Unédic).
  • Fin des contrats aidés sans perspective d'avenir : un véritablement plan de licenciement de 260 000 travailleurs -es d'ici fin 2018.
  • Baisse des cotisations sociales , donc des ressources pour toutes les branches de la Sécurité Sociale.

PARCE QUE NOUS SOMMES TOUTES ET TOUS CONCERNE-E-S

PAR CE CHOIX DE SOCIETE, ET PARCE QUE RIEN N'EST JOUE !

STOPPONS CES REGRESSIONS ! PASSONS A L'ACTION ! ENGAGEONS NOUS DANS TOUTES LES ACTIONS UNITAIRES ! 

Le préavis de grève : ici